<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 20, 2017 | Issue #45


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #44

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Le mystérieux Baruch Vega aide à démêler un peu plus la « Bogota Connection »

L’« atout » des services secrets américains et photographe de mode parle à nouveau avec Narco News


Par Bill Conroy
Via la Narcosphère

16 février 2007

Baruch Vega est un personnage haut en couleurs qui a travaillé pour le FBI, la DEA (Drug Enforcement Administration – Brigade des Stupéfiants) et la CIA en Colombie et ailleurs depuis des années.

Vega était très impliqué dans plusieurs opérations de forces de l’ordre états-uniens en 1999 et 2000 qui cherchaient à piéger les narcotrafiquants de l’infâme cartel colombien de la Vallée du Nord.

Vega affirme que des agents américains corrompus qui font partie de la Bogota Connection ont sérieusement mis en péril son rôle d’agent gouvernemental et que plusieurs de ses informateurs du milieu colombien du narcotrafic ont été assassinés en conséquence.

(La Bogota Connection a été dévoilée dans une série de documents gouvernementaux divulgués par Narco News l’année dernière, parmi eux un document interne du Département de la Justice des Etats-Unis appelé le « mémo Kent » qui allègue de manière détaillée l’existence d’une conspiration criminelle impliquant des agents des forces de l’ordre qui opèrent en lien avec d’importants narcotrafiquants colombiens.)

Vega a récemment contacté Narco News pour lui fournir son estimation des récents développements qu’il estime essentiels pour démonter la Bogota Connection si le gouvernement des Etats-Unis choisit de poursuivre agressivement cette possibilité.

À l’heure actuelle, deux importants trafiquants du Cartel de la Vallée du Nord qui ont une connaissance complète de la Bogota Connection sont en détention – l’un récemment extradé vers les Etats-Unis et l’autre en attente d’extradition. Vega affirme que ces deux individus ont coopéré avec lui lorsqu’il travaillait pour la DEA en Colombie et pourraient bien voir le bénéfice qu’ils pourraient tirer à coopérer à nouveau – si on leur fait la bonne offre.

L’un de ces individus est Gabriel Puerta Parra, extradé vers les Etats-Unis en mai 2006 et qui y est en détention. Puerta Parra (appelé le Docteur) est un ancien membre des services de renseignements colombiens, le DAS (Département Administratif de Sécurité), et entretient des liens avec le cartel de la Vallée du Nord ainsi qu’avec les groupes paramilitaires d’extrême droite qui servent de bras musclé à l’organisation du narcotrafic.

L’autre narcotrafiquant qui pourrait être essentiel pour démasquer la Bogota Connection est Luis Hernando Gomez Bustamante, récemment déporté de Cuba en Colombie et qui attend désormais son extradition vers les Etats-Unis.

À la fin des années 90, Gomez Bustamante, un des hauts dirigeants du syndicat du narcotrafic du cartel colombien de la Vallée du Nord, a fait l’objet d’une enquête de la DEA nommée « Opération Cali-Man » et qui s’est servie de Vega comme agent sous la supervision depuis Miami de David Tinsley de la DEA.

Mi-janvier 2000, Gomez Bustamante a assisté à une rencontre à Panama pour discuter d’une possible coopération avec la DEA. Selon un rapport de cette dernière mis au jour par Narco News, au cours de cette rencontre, Gomez Bustamante a révélé qu’un agent haut placé de la DEA à Bogota était à la « solde » d’un colonel corrompu de la Police Nationale Colombienne nommé Danilo Gonzalez – qui a été finalement poursuivi par le Département de la Justice états-unien pour narcotrafic.

« En janvier 2000, à Panama, nous avons rencontré Rasguño (le surnom de Gomez Bustamante) et il a été d’une grande aide », dit Vega. « Il était le premier (du cartel de la Vallée du Nord) à exprimer sa volonté de collaborer. Tenter de le faire taire sera difficile car c’est une personnalité importante. »

Vega a aussi déclaré à Narco News qu’il avait rencontré le colonel Gonzalez à Aruba au printemps 2003. Cette rencontre a été sanctionnée par le Département de la Justice états-unien selon Vega.

À l’époque, Gonzalez, qui était un acteur essentiel de Bogota Connection, était dans le collimateur du gouvernement états-unien pour ses activités de corruption et était désireux de négocier sa coopération avec les forces de l’ordre états-uniennes. Sa rencontre avec Vega était une façon de tâter ce terrain.

Vega affirme que lors de cette rencontre, Gonzalez a étalé la colonne vertébrale entière de la Bogota Connection, citant des noms, y compris ceux des fonctionnaires états-uniens présumés corrompus avec la DEA et ceux de douaniers états-uniens qui aidaient les narcotrafiquants de diverses manières – comme donner des informations sur les opérations des forces de l’ordre US en Colombie.

Vega assure que toute l’information recueillie lors de cette rencontre avec Gonzalez a été transmise au FBI.

Gonzalez a fini par faire l’objet d’une accusation états-unienne pour narcotrafic, blanchiment d’argent et meurtre. Il a été assassiné au printemps 2004 alors qu’il se préparait à se rendre au gouvernement des Etats-Unis.

Vega a aussi informé Narco News qu’un autre narcotrafiquant majeur avait été essentiel pour échafauder les procès contre ses anciens alliés du cartel tels que Puerta Parra et Gomez Bustamante. Il s’agit de Victor Patino Fomeque, un ancien chef de bande du cartel de la Vallée du Nord et ancien membre de la Police Nationale Colombienne. Patino Fomeque, qui a été extradé vers les Etats-Unis en 2002, a coopéré avec le gouvernement US selon Vega.

« Victor (a commencé à collaborer avec les autorités) et cela a permis à la mise en accusation de la tête du cartel de la Vallée du Nord (en 2004), » affirme Vega. « Il collabore encore et avec Raguño (aujourd’hui en détention), ça pourrait être un gros coup. »

Vega ajoute que Patino Fomeque était aussi un élément essentiel de la Bogota Connection. En fait, Vega affirme que Patino faisait partie d’un groupe de plusieurs membres du cartel qui a fait don de 400 000$ en 2000 à la campagne électorale d’un membre corrompu des forces de l’ordre à un poste politique local de la Côte Est.

Vega affirme que l’ancien colonel Gonzalez, qui a aidé à organiser la rencontre en Colombie où s’est fait l’échange d’argent, lui a confirmé les détails de l’affaire sur cassette, lors de leur rencontre en 2003 à Aruba. Vega affirme également que Patino Fomeque et son ancien comptable ont transmis cette information aux autorités états-uniennes comme partie de sa coopération.

« Quand Danilo (Gonzalez) m’a parlé (de la contribution à la campagne), il a dit qu’ils ne savaient pas qu’aux Etats-Unis, aider financièrement une campagne était de la corruption, » dit Vega. « Il a dit qu’après tout ce qu’(ils) avaient fait pour nous, nous pensions que c’était la moindre des choses que nous puissions faire pour eux. »

Vega prédit que la couverture de la Bogota Connection va commencer à s’effilocher. Il déclare que trop de gens qui connaissent tous les détails, y compris des narcotrafiquants aujourd’hui en détention et d’honnêtes agents de la DEA qui seront bientôt en retraite, sont encouragés à parler – que ce soit dû à un sentiment d’intégrité dans le cas des agents honnêtes ou, dans le cas des narcotrafiquants, dans le cadre de leur défense pour éviter les longues peines de prison. Une fois que ces fils vont commencer à être tirés, les fonctionnaires états-uniens corrompus vont aussi se mettre à parler pour être sûrs qu’ils ne seront pas les derniers rats à quitter le navire.

« (Si) Raguño est extradé vers les Etats-Unis, ce serait ce qu’il y a de mieux, pas pour la guerre contre la drogue mais pour dévoiler la plus grosse opération de corruption politique et policière de l’histoire entre les autorités colombiennes et l’ambassade des Etats-Unis à Bogota… » déclare Vega. « Le procureur (du Département de la Justice) Thomas Kent recevrait une médaille. »

Le temps dira si Vega a raison.

Restez connecté…

Share |

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America