<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 20, 2017 | Issue #44


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #43

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Flavio Sosa, porte-parole de l’APPO arrêté et emprisonné ; à Oaxaca, la mobilisation est annoncée

Détenu avec Ignacio García y Marcelino Coache à Mexico


Par Juan Trujillo
L’autre journalisme à Mexico

5 décembre 2006

Mexico, 4 décembre 2006. Ce lundi après-midi, selon plusieurs médias commerciaux, un des dirigeants les plus connus de l’Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca (APPO), Flavio Sosa Villavicencio a été arrêté en compagnie de son frère Horacio, Ignacio Garcia et Marcelino Coache pour leur participation présumée à des délits de droit commun, entre autres vol et attaque sur les voies de communication, sédition et incitation à la violence.

Flavio Sosa a été plus particulièrement arrêté sur un mandat d’arrêt pour vol spécifique, dommages, vol qualifié avec violence, vol frauduleux, dommages par incendie, blessures, enlèvements et blessures qualifiées.

Horacio est accusé d’enlèvement, de blessures qualifiées et de vol qualifié avec violence à personne.

Les deux autres dirigeants de l’APPO arrêtés, Ignacio Garcia Maldonado et Marcelino Coache Verano ont été retenus au bureau local du Procureur Général de la République (PGR) dans le cadre d’une enquête préalable pour « résistance aux autorités » bien qu’ils n’aient pas de mandat d’arrêt, mais selon la PGR, ils auraient tenté d’agresser les agents qui ont arrêté leurs compañeros.

Ces arrestations ont été exécutées après que les leaders du mouvement populaire ont achevé une conférence de presse et après qu’un juge fédéral a envoyé les ordres d’appréhension.

Après leurs arrestations, Flavio Sosa, son frère et leurs autres compañeros sont apparus dans la soirée face aux caméras de télévision dans un centre d’arrêt du Procureur Général de la République (PGR) situé à Azcapotzalco.

A ce moment-là, à 23h20, une opération policière des forces de la Police Fédérale Préventive (PFP) et de l’Agence Fédérale d’Investigation (AFI) était en cours avec l’aide médiatique de la télévision, pour transporter les prisonniers par voie terrestre au pénitencier de sécurité maximale de l’Altiplano (anciennement La Palma) situé à Almoloya de Juarez dans l’état de Mexico.

Le dirigeant de l’APPO a participé durant les derniers mois aux négociations avec le gouvernement fédéral de l’ex-président Vicente Fox et a été un des protagonistes de l’affrontement contre les forces fédérales qui a eu lieu autour de l’Université Autonome Benito Juarez (UABJO) le 2 novembre dernier où l’APPO avait réussi à faire fuir la PFP triomphant militaire sur cette corporation.

Mobilisations à Oaxaca

Le porte-parole de l’APPO, Florentino Lopez, a annoncé – dans la clandestinité – le début d’une série de mobilisations au niveau national et international pour demander la libération des dirigeants arrêtés ce lundi à Mexico.

Interviewé téléphoniquement par Jorge Octavio du journal El Universal, il a informé être « abrité » quelque part à Oaxaca pour des raisons évidentes de sécurité.

Il a pourtant déclaré que l’APPO allait lancer des mobilisations à partir de dimanche 10 décembre.

Florentino Lopez a accusé le gouvernement de Felipe Calderon de tenir un double discours : d’un côté, il annonce réouverture de la table des négociations, et de l’autre, il arrête les dirigeants. Il a indiqué que ceci pouvait être répertorié comme un acte de trahison et a annoncé que l’APPO maintiendra le contact avec les médias à travers son site internet, ainsi que les contacts téléphoniques avec les journalistes comme ils l’ont fait jusqu’à maintenant.

Bref historique du militantisme politique de Sosa

Durant les élections de 2000, Flavio Sosa soutenait le candidat d’alors du PAN (Parti d’Action Nationale) et désormais ex-président, Vicente Fox via l’organisation Nueva Izquierda de Oaxaca (Nouvelle gauche de Oaxaca). Sosa a été militant du parti centre-gauche PRD (Parti de la Révolution Démocratique) et à Oaxaca, au parti Unidad Popular (Unité Populaire) par lequel Hector Sanchez a été emmené aux élections locales de 2004 où ce candidat a obtenu plus de 40 000 voix. De la même façon, Sosa a été dirigeant de l’Union Campesina Democratica (UCD – Union Paysanne Démocratique), qui fait partie du PRD et a obtenu un poste de député fédéral. Peu après, il a cherché à intégrer la direction du parti, ce qui a conduit à une rupture entre lui et la UCD.

Falvio Sosa, en tant qu’adhérent de l’APPO, à partir du conflit oaxaquénien depuis juin dernier, s’est fait remarquer comme l’un des dirigeants les plus notables du mouvement populaire. Le 26 novembre dernier, sa maison à Oaxaca a été incendiée par les paramilitaires et son frère Eric a été arrêté et envoyé dans une prison du Tamaulipas.

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America